Voyages

Grèce trip – First step : Paros

juillet 02, 2017
Grèce-roadtrip-Paros

Je me souviens d’être rentrée de mon voyage en Grèce en me disant que je ne comptais pas faire d’article dessus ; non car il s’était mal passé, mais parce que ça m’aurait pris beaucoup de temps à faire et n’aurait pas forcément intéressé tout le monde. Et finalement, avec l’arrivée des vacances d’été, et probablement le fait que je ne compte pas faire de nouveau un tel voyage cette année, j’ai envie de partager pleinement mon expérience grecque. Depuis quelques semaines, je vois des photos des îles comme Santorin ou Mykonos absolument partout sur mon fil d’actualité Insta ; c’est aussi un moyen de se rendre à quel point le bouche à oreille fonctionne. En même temps, comment ne pas succomber aux décors pastel des belles maisons et aux paysages qu’on surplombe depuis les hauteurs ?

C’est pour cette raison que l’année dernière, une amie et moi, avons décidé de partir visiter la Grèce. C’est une fille qui a énormément l’habitude de voyager et organise le plus précautionneusement ses voyages. Ainsi, on est parties à quatre, entre filles, en fixant ce petit road-trip :

  • Paros
  • Santorin
  • Athènes

Pourquoi faire au moins deux îles ? Tout simplement pouvoir plusieurs aspects et non pas se fixer seulement à une. Mykonos nous tentait, mais on savait que ce serait une destination très touristique et entre celle-ci et Santorin, on a choisi Santorin. Paros avait l’air adorable et la plus complète au niveau des villages intérieurs à visiter, des bars à découvrir, des plages perdues… Donc ça a été Paros. D’autres semblaient aussi intéressantes, mais finalement assez vides et du coup, bien rapides à voir.

Les billets d’avions pour se rendre directement sur les îles sont hors de prix, si vous avez déjà regardé vous-mêmes. Sortez au moins 200 euros de votre porte-monnaie. On a cherché un peu des vols moins chers et trouvé un billet RyanAir qui faisait Bordeaux-Rome pour une soixantaine d’euros, et ensuite, un autre vol Rome-Athènes qui nous faisait atterrir à plus de minuit. Du coup, ça ne faisait une nuit à Athènes en sachant que le lendemain matin, on prenait le ferry pour se rendre jusqu’à l’île de Paros. C’était peut-être un peu moins facile, mais beaucoup plus économique: la nuit Airbnb nous est revenues à moins de vingt euros par personne et le ferry coûtait 40 euros.

Sauf qu’un voyage n’est pas un vrai voyage sans problèmes, hein ?

Heureusement, on a eu le Best. Host. Ever. qui nous a aidé durant tout le long du voyage, notamment quand on en arrivant à l’aéroport, on s’est rendu compte qu’il y avait deux arrêts au même nom que le nôtre. Du coup, notre chauffeur de bus s’est mis à discuter avec notre hôte Airbnb, Alexandros, pour nous déposer carrément devant le port, ce qui était encore mieux. En arrivant dans le Airbnb, Alexandros nous avait pris de quoi manger, boire, installé les lits, disposer les produits pour prendre une bonne douche après cette longue et rude soirée. Il nous avait donné un lien de son plan Google Maps où il donnait les lieux indispensables à visiter, en sachant qu’il est archéologue et guide touristique. Ça arrive souvent des hôtes comme ça ?

Il a été disponible à chaque fois et c’est pourquoi je le recommande vraiment (x1000) et pose le lien de son Airbnb juste ici !

On n’avait presque pas dormi car le ferry était très tôt le matin, à six heures, et il était plus de trois heures. Pour celui-ci, on est passées par Blue Star Ferries qui fait des allers-retours et des allers simples constamment dans la journée entre Athènes et les îles, mais également entre chaque île.

Et quatre heures plus tard, nous voilà à Parikiá qui est la capitale, mais aussi le principal port de l’île de Paros, dans les Cyclades. Elle regorge autant de sites comme la basilique de la Panaghia Katapoliani, qui est le plus grand sanctuaire paléochrétien, de villages un peu égarés, mais aussi de mille restaurants et bars pour une découverte nocturne des plus agréables. Cette île a été mon plus grand coup de ♡ de tout le trip. On baigne dans l’atmosphère que j’attendais et espérais tant, mais on a aussi eu beaucoup de chance car il y avait vraiment moins de touristes ; partir fin août est vraiment une astuce que je recommande pour ceux qui le peuvent. C’est bien plus plaisant pour se fondre pleinement et ça a joué dans notre petite intégration (contrairement à Santorin, dont je parlerai plus tard).

Grèce-road trip : ParosGrèce-road trip : ParosGrèce-roadtrip-ParosGrèce-roadtrip-ParosGrèce-roadtrip-ParosGrèce-roadtrip-ParosGrèce-roadtrip-Paros Grèce-roadtrip-Paros Grèce-roadtrip-Paros Grèce-roadtrip-Paros

Le village de Lefkes est aussi un lieu que je recommande particulièrement pour son camouflage dans les montagnes, ce qui permet de découvrir mieux l’intérieur de l’île. On se perd tout aussi facilement et avec plaisir dans les rues pour se plonger un peu plus dans l’atmosphère grecque.

Grèce-roadtrip-ParosGrèce-roadtrip-Paros

Et pour se détendre, on s’est rendues à la plage   de Piso Livadi. L’endroit parfait pour prendre un petit déjeuner en regardant l’eau d’un bleu époustouflant, en faisant ami-ami avec les chats, avant de s’étaler sur le sable et de bronzer pendant des heures.

Piso LivadiGrèce-roadtrip-Paros

 

 

You Might Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*
*